×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 579

Biologie de la Mérule

Serpula lacrymans

La mérule est une espèce du règne des Fungi particulièrement redoutable pour ses attaques intérieures. Ce champignon est effectivement peu visible dans la nature. Dans ce contexte, celui que le vocabulaire populaire appelle la mérule pleureuse attaque les souches des conifères. Dans les maisons, ce sont les bois d'ouvrage qui sont le siège de ses méfaits. Connue sous l'appellation scientifique de Serpula lacrymans, la mérule est recensée dans l'embranchement des basidiomycètes. L'appellation de mérule dérive du terme grec qui renvoie à la fragmentation. C'est sous cet aspect que se présentent les dommages que le champignon cause au bois et autres matières cellulosiques attaqués. Le mycélium de la mérule produit des exsudats colorés qui expliquent le qualificatif de pleureuse. Serpula lacrymans est très fréquente en France et son attaque figure parmi les plus problématiques.

Le champignon des atmosphères humides

Ce qui distingue entre autres, la mérule est son affinité marquée avec les ambiances humides. L'humidité du bois est un des facteurs déterminant de son développement. Le champignon trouve une condition optimale dans un taux d'humidité compris entre 22 et 35%. Par contre, il faut savoir que son développement s'arrête si ce taux dépasse les 40%. Les conditions de température optimale pour le développement de ce champignon se situent entre 19 et 21°C. La mérule peut évoluer dès que le mercure avoisine les 5°C, par contre, elle ne supporte guère une ambiance de plus de 35°C. Une atmosphère confinée constitue en réalité le milieu idoine pour cette espèce lignivore. Son expansion sur le bois d'oeuvre se fait alors en 2 phases. A cet effet, l'espèce ne requiert que très peu de lumière lors de la fructification. Celle-ci étant même inutile lors de la phase végétative.

Les phases de développement de la mérule

La mérule des maisons, autre nom commun de l'espèce, procède de deux façons pour attaquer le bois, selon les conditions en présence. Le champignon se développe végétativement à partir d'une spore qui va libérer un mycélium dit primaire. Ce dernier va former une masse ouateuse assez fine. Le mycélium secondaire consiste en l'accumulation de masses similaires issues de multiples spores qui se développent en simultanée. On a alors affaire à une formation de croissance vigoureuse, très blanche. Si les conditions du milieu le permettent, la vigueur du mycélium secondaire va rapidement créer un substrat de plusieurs mètres cubes. La toxicité de ce dernier est forte bien qu'il simule l'odeur fraîche des champignons comestibles. De la reproduction de deux individus de Serpula lacrymans découle la fructification. Ce développement sexué donne un mycélium d'aspect différent qui prolifère encore plus. De quelques centimètres d'épaisseur, il forme rapidement une masse de 2 mètres ou plus. La reproduction est alors assurée par les milliards de spores qui se comptent à la surface des plaques greffées sur le bois. Ce schéma de développement donne une pourriture cubique caractéristique.

Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à nous faire une demande par devis