×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 579

Traitement contre la mérule

Un traitement fongicide en trois phases

Lorsque les mesures curatives préparatoires sont terminées, le traitement contre la mérule peut être lancé. Le choix du fongicide appliqué découle bien entendu des prescriptions résultant de l'expertise parasitaire. La nature de ces traitements tient compte de leur performance pour la préservation du bois établie selon les normes européennes. Cette performance varie en fonction du bois concerné, de l'origine de l'excès d'humidité, des conditions environnementales et du degré d'activité de l'agent responsable. Quels que soient ces facteurs, le traitement fongicide se fait en trois temps distincts. Il s'agit d'abord de supprimer les bois atteints et dégager ceux à traiter. Ensuite, le badigeonnage et les injections sont précédés par une stérilisation à la flamme des maçonneries. Enfin, les bois sont traités par injections profondes et répétées ainsi que par badigeonnage en surface.

Deux modes opératoires pour le traitement fongicide

Le traitement fongicide peut être administré de deux façons, soit par air chaud, soit selon une procédure chimique. La première consiste à modifier les conditions de températures du bâtiment. Une température de 50°C est le seuil létal pour les champignons. Cette limite est maintenue durant 16 heures dans une construction préalablement rendue étanche à l'aide de bâches. Encore peu développée en France, cette approche présente le double avantage d'assécher le bâtiment tout en exterminant la mérule. Cependant, il existe un risque de détérioration des matériaux sensibles à la chaleur, si cette technique est mal maîtrisée. Le traitement chimique tue les champignons tout en prévenant leur développement. Le choix d'un produit bénéficiant d'une AMM en bonne et due forme est essentiel car les actifs sont tous assez toxiques pour l'homme. Le recours aux fongicides par un procédé chimique consistant en injections et en applications en surface n'est efficace que pendant quelques années.

Des mesures curatives variables selon le moment de l'intervention

La précision des procédures en fonction du temps est ce qui caractérise le traitement des mérules. Si l'on est en zone sèche, les spores ont peu de chance de germer et le traitement permet une extermination à court terme de l'agent. Les parties de bois dégradées seront décapées et brûlées. Les maçonneries seront soigneusement nettoyées par décapage et brossage. Dans les zones humides à séchage rapide, les spores ont plus de chance de germer mais leur développement est compromis. C'est la dissémination des mérules qu'il faut éviter. Pour ce faire, les procédures sont les mêmes. Supprimer la source d'humidité et assécher le bâtiment d'abord. Ensuite, procéder au traitement fongicide lorsque la dissémination par fructification est redoutée. L'intervention doit être la plus précise quand on se trouve dans une zone humide à séchage lent. Constituant un terrain de prédilection pour la mérule, cette zone verra sa prolifération continuer si des mesures durables ne sont pas prises. Une préférence pour les matériaux résistant aux champignons peut être envisagée au moment de remplacer les bois endommagés. Poutres métalliques, menuiseries PVC ou alu, plastique, les choix sont assez vastes.

Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à nous faire une demande par devis