×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 579

Aménager, pièges à éviter et bonnes pratiques par rapport aux mérules

Les abords et les façades

La biologie de la mérule l'a bien montré. L'humidité est le plus grand convoyeur de ce mal qui sévit en un temps record là où les conditions sont favorables. Certaines zones intégrées ou proches du bâti sont donc particulièrement sensibles comme points d'ancrage de cet agent. Quelques recommandations concernant l'aménagement peuvent toutefois minimiser le risque. Cela commence dès l'aménagement des abords et au niveau des façades en tenant compte de l'âge de la construction qui est déterminant pour les pratiques à adopter et les écueils à éviter. Sur les façades des constructions, la couverture par des plantes grimpantes est jolie mais il faut l'éviter sur les parties peu exposées au soleil. De même, le fait d'incliner la pente du sol vers la façade entraîne un écoulement allant dans ce sens. L'imprégnation continue peut fragiliser le mur intérieur. Il est recommandé de relever le niveau de sol extérieur. Cela assure une ventilation et un drainage plus efficaces des murs enterrés. Une dalle aménagée autour d'un bâtiment sera portée par une paroi enterrée bénéficiant d'un bon drainage en fonction de la qualité du sol sous-jacent.

Aménager un sous-sol

Partie destinée à bénéficier d'un ensoleillement moindre par rapport aux autres niveaux de la maison, le sous-sol doit faire l'objet d'une attention particulière. Le principal enjeu est ici la ventilation. Tout ce qui peut entraîner une accumulation d'eau donne libre cours à la prolifération des mérules. Il faut alors se garder de toutes opérations du type aménagement d'isolation de mur non ventilée ou encore calfeutrage des soupiraux de ventilation. Le fait d'appliquer un lambris bois ou un plaquage non ventilé afin de cacher un mur humide constitue de même une grave erreur. Au contraire, il est recommandé de ne pas occulter des ouvrants existants mais plutôt de les remplacer. Des menuiseries isolantes seront alors d'un bon secours. En outre, toute isolation thermique de mur sera faite à l'issue des préparatifs adaptés. Les joints altérés et les fissures seront réparés et des enduits déposés, si nécessaire, avant d'isoler le mur à proprement parler.

Intervention sur le parquet

Par définition, la qualité des bois du plancher leur permet de contribuer à la ventilation de la pièce où ils sont posés. Recouvrir cette surface par un revêtement imperméable est un piège à mérule assuré. Une accumulation d'eau plus ou moins importante finira toujours par se déclarer, en faveur de l'infestation des mérules. Tout ce qui est dalle plastique ou revêtement de sol étanche sur un plancher constitue ainsi une hérésie. En lieu et place de ces mauvais choix, on recommande de respecter quelques exigences. On peut préférer des couvertures avec sous-face visible qui maintiennent la ventilation. Si le choix porte sur des couvertures à sous-face non visible, des orifices de ventilation seront pratiqués sur la face plafond. Le conseil des professionnels peut s'avérer très utile.

Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à nous faire une demande par devis